Montenegro

Infos touristiques

Pourquoi ne pas jeter l'ancre pour profiter des autres visages du Monténégro!

Si les côtes sont magnifiques, l'arrière pays montagneux est lui superbe.
Malgré une courte façade ouverte sur l’Adriatique, c’est bien entre la cohorte des sommets calcaires culminant au-delà de 2 500 m, puissantes forteresses naturelles, que résident le cœur et l’âme de la plus petite des anciennes républiques yougoslaves. Les principaux sommets avoisinent les 2 500 m dans les monts Durmitor et le célèbre mont Lovcen, tout proche du littoral, se dresse encore à 1 749 m. La roche calcaire, aveuglante sous le soleil, forme de vastes karsts, cisaillés par les eaux d’infiltration - à l’origine de la formation du profond canyon de la Tara et de quelques autres. La forêt recouvre encore plus de la moitié du territoire (54 %).

Le Monténégro historique
Symbole du pays, le mont Lovcen dresse ses crêtes calcaires dénudées juste au-dessus de Kotor. Une petite route construite à la fin du XIXe siècle s’élève jusqu’au col de Krstac, révélant en chemin des vues spectaculaires sur la baie et la côte.
Cetinje est la vieille capitale, établie à 670 m d’altitude, dans une cuvette cernée de montagnes. Chère au cœur des Monténégrins, elle a grandi parallèlement à l’avancée des Ottomans sur la côte. Son essor, à cette époque, l’a vue se doter de nombreux palais et légations des grandes puissances, aujourd’hui transformés en musées, en bibliothèques ou en galeries d’art. Cetinje demeure le centre religieux du Monténégro. On y trouve le grand monastère Saint-Petar, siège du pouvoir spirituel et politique à l’époque où le pays était gouverné par des princes-évêques.
La grande route menant vers Niksic, au nord-ouest, permet d’accéder au fascinant monastère d’Ostrog, perché au flanc des montagnes dominant la vallée de la rivière Zeta.

Les montagnes du Nord
Traversé par l’extrémité orientale des Alpes Dinariques, le nord du Monténégro, avec ses pics, ses immenses forêts, ses lacs et ses profonds canyons est un véritable paradis pour les amateurs de grands espaces.
De Podgorica, la route remonte le long de la rivière Moraca, dont les eaux tumultueuses ont creusé un défilé étroit et sinueux. Une excursion consiste à visiter le parc national Biogradska Gora, établi dès 1878 pour préserver l’une des dernières forêts primaires d’Europe. Pins et sapins y atteignent près de 50 m de haut. On ne manquera pas d’enfiler ses chaussures de randonnée pour découvrir les lacs glaciaires aux eaux bleues, en particulier celui de Biogradsko.
La rivière Tara, la plus longue du pays, forme vers l’Ouest un canyon aussi sinueux qu’impressionnant. Les innombrables cascades, les rapides et les gorges qui l’entrecoupent alternent avec des passages plus calmes où scintillent des eaux d’un vert turquoise laiteux. La beauté et la virginité des paysages ont valu aux lieux d’être classés au patrimoine mondial. Rafting et descente en radeau sont particulièrement prisés.
À l’Ouest, la Tara traverse le parc national Durmitor, qui englobe de vastes pans de forêt primaire d’épineux, cinq canyons, une multitude de grottes et une cinquantaine de sommets de plus de 2 000 m. La plupart des 18 lacs glaciaires du parc invitent à des balades, à commencer par le célèbre Crno Jezero (le «lac noir»). On peut s’y baigner en été. On y accède aisément depuis Zabljak, la principale station de la région, à 1 456 m d’altitude.

La gastronomie monténégrine est influencée sur la côte adriatique par la cuisine méditerranéenne, alors que dans l'intérieur du pays (montagnes) les plats se basent plus sur les pommes de terre et les produits laitiers.